L'adoption du Lightning Network plafonne depuis l'augmentation récente des frais de transactions Bitcoin. Quand les transactions Bitcoin sont cher, nous ne voulons pas perdre d'argent pour ouvrir des canaux sur une technologie que nous maîtrisons mal. Alors que lorsque les frais sont faibles, nous préférons faire des transactions onchain, plus simples.

Statistiques sur le Lightning Network

Comment améliorer l'adoption de ce réseau qui doit permettre de réaliser un nombre important de transactions à faible frais ? Pour que l'utilisation de Lightning ait véritablement un sens, il faut développer son usage pour des payements du quotidien. Cela participera à la multiplication des canaux et à une mise en confiance de l'utilisateur.

Dominique Padiou, Head of Products de ACINQ répond à nos questions sur les défis qui sont à relever pour améliorer l'adoption du Lightning Network et des solutions non-custodials.

Dominique Padiou (gauche) Pierre-Marie Padiou et Fabrice Drouin.

Benjamin : Tout le monde parle de vous, comment avez-vous débuté dans Lightning et acquis cette notoriété ?

Dominique Padiou : ACINQ a commencé à travailler sur Lightning à l'été 2015, peu après la parution du whitepaper. Nous avons mis au point l'une des premières implémentations avec eclair, et en septembre 2016, conjointement avec d'autres sociétés, nous avons décidé de travailler à une spécification commune (BOLT) permettant d'avoir un réseau unique, ouvert, et interopérable.

Chez ACINQ vous développez trois produits autour de la technologie Eclair : Strike qui est une solution pour les entreprises et sites e-commerces, Eclair Mobile qui est une application grand public pour utiliser Lightning Network, et AQINQ Node qui est une implémentation en Scala de la spécification LN/BOLT.

Est-ce une volonté de couvrir l'intégralité du marché, du marchand au client ? Ou est-ce qu'Eclair Mobile relève plus d'une vitrine technologique pour démontrer les capacités de cette technologie ?

L’API Strike, destinée aux entreprises, est custodiale, mais ce n’est qu’un de nos produits. Notre stack techno est basée sur Eclair, une implémentation libre d’un noeud Lightning. Nous opérons nous-mêmes l’un des noeuds les plus importants sur le réseau. Notre application Eclair Mobile est davantage qu’une vitrine technologique car elle répond à un besoin. Aujourd'hui, l'outil de paiement par excellence, c'est le téléphone portable.

Vous n'êtes pas les seuls à proposer une implémentation de Lightning. Il existe aujourd'hui plus de wallet qui se basent sur c-lightning ou LND, que sur ACINQ. Est-ce un problème pour vous ? Attribuez-vous cette situation à votre choix technologique d'utiliser Scala ?

Il faut différencier la popularité vis-à-vis des développeurs et celle vis-à-vis des utilisateurs. Notre application Eclair Mobile est très populaire et fait peut-être d’Eclair l’implémentation la plus utilisée sur le réseau.‌‌ En revanche, notre choix de langage est moins populaire que par exemple Go, ce qui explique que moins de développeurs utilise Eclair que, par exemple, LND. Pourtant la combinaison JVM/Scala est pour nous la meilleure plateforme pour ce type de projet, et la moindre popularité est selon nous secondaire par rapport aux gains en performance et fiabilité que cela nous apporte. C’est aussi ce choix technique qui nous a permis de faire tourner nativement un noeud Lightning sur mobile avec notre application Android.

Note : Je n'ai pas posé de question sur le modèle financier. Si c'est une question que vous vous posez, voici quelques éléments de réponse. ACINQ tire des revenus de l'utilisation de sa solution Strike (dédiés aux commercants) ainsi que des frais de routages qui sont perçus pour les payements transitant par leur nœud Lightning. Pour le reste, les outils et solutions développées sont open source.

Eclair Wallet est disponible uniquement sur Android.

J'ai le sentiment qu'un bon wallet Lightning doit être mobile. Est-ce également votre avis ?

Le premier use case de Lightning c'est le paiement, et le futur du paiement sera mobile.

Pour gagner la bataille du wallet le plus utilisé il faudra mettre un coup d'accélérateur sur l’expérience utilisateur, l'ergonomie et le design. Est-ce une priorité pour vous ?

L'UX est la clé de l'adoption de Lightning. Il y a encore beaucoup à faire pour que le wallet mobile soit facile à utiliser, en particulier sur la gestion des canaux de paiements. Tout n’est pas entre nos seules mains : des évolutions du protocole sont nécessaires pour permettre de véritables avancées sur ce plan.

StopAndDecrypt a réalisé une liste des fonctions qui pour lui sont nécessaires pour créer LE wallet. Celui que les gens voudront utiliser.

On constate qu'il y a deux usages opposés. Un mode ultra avancé où on peut choisir ses UTXO et un mode simple où l'on veut juste effectuer une transaction en "2 clics".

Cela correspond à notre vision. Aujourd'hui le wallet présume de ses utilisateurs une bonne connaissance de Bitcoin, et ne permet qu'une utilisation avancée. Nous souhaitons garder cette possibilité, mais également proposer un mode facile à prendre en main, masquant la complexité de la technologie. Ce sera indispensable pour populariser l'application.


Paiement Request est la transaction de base sur Lightning, on ne peut pas recevoir d'argent en étant passif comme c'est le cas avec Bitcoin onchain. Est-ce que cela représente pour vous une problématique de sécurité ? Car il faut forcément s’exposer (être connecté) pour recevoir un payement ?

Il n'y a pas besoin d'exposer son IP ou de faire du KYC pour recevoir un paiement. Au contraire, les paiements sont routés en oignons, et l'émetteur ne connaît du récipiendaire que l'identifiant de son noeud Lightning (sauf s'il a un canal direct avec lui). D'autre part, Eclair peut fonctionner sur TOR ce qui assure une couche de protection supplémentaire.

Est-ce le moment de se lancer dans la création de son premier channel Lightning ? Le réseau est encore jeune sur le mainnet Bitcoin, pourtant il comprend déjà l'équivalent de 8,1 millions de dollars ou 1000 BTC.

Le réseau est utilisé par des milliers de personnes depuis maintenant 1 an. Je le conseille à tout utilisateur de Bitcoin qui souhaite goûter au plaisir des paiement instantanés.


Y aura-t-il besoin d'une autre killer feature que les paiements tels que nous les concevons actuellement ? Payer son café ou nourrir des poules ne suffiront pas à soutenir son adoption.

La "killer feature" de Bitcoin n'a pas changé : pouvoir envoyer/recevoir de l'argent en toute indépendance et toute liberté. Lightning est un système qui lui permet de scaler au niveau de VISA, ce qui ouvre de nouveaux cas d'utilisation.

Utiliser Lightning demande de monitorer ses canaux. On parle régulièrement d'utiliser un système de Watchtower, pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous avons abordé le sujet des watch towers dans un post Medium.

Can watchtowers and monitoring services scale? - Sam Aiken

En quelques mots, la difficulté n'est pas dans la technique, mais dans le financement durable d’un tel service.

De manière plus générale, l'utilisation de Lightning reste complexe. Entre les problématiques de fermetures de canaux, de vérifications ou de dual funding… Est-ce que cela a encore du sens de promouvoir des solutions 100% trustless ?

La nature de Lightning et de Bitcoin est d'être décentralisée et trustless, c'est le sens du travail qui a été fait sur Lightning depuis 2015, et c'est la raison d'être de Bitcoin. La complexité que vous mentionnez est dû à la jeunesse de la technologie, et le réseau aujourd’hui attire de plus en plus d’utilisateurs. Pour se convaincre de la capacité des technologies à évoluer, il suffit de regarder les vidéos de démonstration d’Internet dans les années 1990.

Pensez-vous viable à long terme le fait que les gens utilisent leur propre node ? Peu aujourd'hui hébergent encore leurs emails ou leur site Internet. On devrait voir arriver de nombreuses solutions qui ne seront plus autogérées.

Il est tout à fait possible d'opérer son propre node pour interagir avec le réseau, des milliers de gens le font déjà. Si vous utilisez notre application Eclair Mobile sur votre téléphone, vous êtes est un node à part entière du réseau, vous choisissez vos frais de transaction, et ce n’est pas custodial ! ‌‌Pour répondre à des besoins spécifiques rien n'empêche la création de services complémentaires autour de Lightning, nous le faisons nous mêmes avec Strike.

Le Ledger ne permet pas (encore) directement d'utiliser Lightning Network

Ma solution idéale serait d'utiliser mon hardware wallet pour créer des canaux mais ensuite de disposer d'une gestion managée de ces derniers. Est-ce possible aujourd'hui ?

Vous pouvez tout à fait utiliser la même seed pour vos fonds on-chain et off-chain, c’est d’ailleurs ce que fait Eclair Mobile. Quant à la gestion managée de vos canaux paiements, ce n’est pas possible de le faire de façon trustless à l’heure actuelle. Peut-être cela le sera-t-il à l’avenir ?


Comment conclure ? Cela bouge du côté des banques. Le futur du paiement sera mobile et les acteurs historiques en prennent conscience, tout comme Facebook. Alors que le Crédit Agricole va investir 450 millions d’euros dans les paiements et que nous assistons à une révolution dans le secteur, quelle solution nous permet d'être en pleine possession de notre argent ? Bitcoin et son Lightning Network.

De nombreux défis sont encore à surmonter pour booster son adoption, mais les fondations sont là et elles sont solides !


Nous arrivons à la fin de cette interview. Je voudrais bien sûr remercier chaleureusement Dominique Padiou pour avoir eu la gentillesse de prendre le temps de répondre à ces questions !